" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Revue santé plante bien-être
Articles récents

Alimentation pour brûler les graisses sans faire de sport

13 Octobre 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Conseils minceur

Le matin au réveil, à jeun, c'est la meilleure heure pour brûler les graisses. En effet, pendant la nuit, l'organisme brûle petit à petit ses réserves de sucre immédiatement disponible, puis se met naturellement en lipolyse (phase de dégradation de graisses stockées, afin de les utiliser comme carburant).

Ainsi, lorsque vous vous réveillez, vous êtes naturellement en phase brûle graisses. Donc, si vous soumettez votre corps à une activité physique à ce moment-là, il ira piocher l'énergie dont il a besoin directement dans les capitons !

Alimentation pour brûler les graisses sans faire de sport

Préférez systématiquement les aliments complets et ce, sous toutes les formes : le pain marron plutôt que le blanc, la farine complète de préférence à la raffinée, etc.

Manger un œuf coque au petit déjeuner. Parfait aliment brûle graisse, l'œuf aide même à brûler plus facilement les sucres du reste du repas, plutôt que de les stocker sous forme de graisse.

Le jambon est également un excellent brûle graisse du petit déjeuner : riche en protéines, pauvre en gras (ôtez la couenne blanche), il nourrit son homme tout en l'affinant... et sa femme aussi d'ailleurs !

 

Aliment pour brûler les graisses

Remplacez vos féculents par des légumes verts.

On le répète : non, vous n'aurez pas faim, y compris si vous faites du sport ; et oui, ce sera plus facile à digérer et nettement plus brûle graisses. Si vous tenez à votre ration de céréales (Riz, pâtes...) ou autres aliment bourratif (quinoa, polenta, pommes de terre, haricots secs), libre à vous, mais ne les laissez pas envahir plus d'un quart de votre assiette !

Du fromage ? Oui, mais du frais ! Car il renferme plus d'eau, et donc moins de calories que les fromages affinés.

D'une manière générale, ce qui est simple et naturel (comme du poisson, de la viande, des légumes verts) est compatible avec votre objectif brûle graisses. En revanche, ce qui est travaillé, déjà préparé par les industriels ou ce qu'il n'y a plus qu'à réchauffer est " stocke graisses ".

Mangez du chou rouge. Il favorise la production de deux hormones, l'une brûle graisses, l'adinopectine et l'autre coupe-faim, la leptine.

Les épinards renferment certains composants qui aident le corps à brûler les graisses. Mangez des belles salades de pousses d'épinards ou faites-les fondre à la poêle avec un tout petit peu d'huile d'olive pour en profiter au mieux.

Commandez une assiette du pêcheur. Tous les aliments riches en iode, principalement les poissons et les algues – tout ce qui vient de la mer, en somme – sont les bienvenus dans votre objectif brûle graisses : moules (sans frites, bien sûr !), praires, coques, huîtres, crevettes, bulots, thon, saumon, maquereau, sardine, colin...

Quel est le meilleur dessert brûle graisses ? Les petits fruits rouges et noirs ! Ils sont très pauvres en fructose, un sucre naturel dont la consommation en excès est associée à la prise de poids.

L'ananas est votre ami : ce fruit renferme une quantité surprenante de bromélaïne, qui découpe les grosses protéines, leur permettant ainsi d'être assimilées par l'organisme où elles joueront à fond leurs rôles de coupe-faim minceur.

 

Repas brûle graisse

Vous avez tout le temps faim ? Mangez davantage d'œufs, de jambon, de dinde, de poisson, de viande... dès le petit déjeuner.

Ne traquez pas les graisses alimentaires pour les éliminer au maximum. Bien sûr, il ne faut pas abuser et contrôler les apports en graisses est indispensable, mais il en faut tout de même pour que les cellules fonctionnent correctement... et même pour qu'elles même brûlent les graisses ! Alors, ne vous focalisez pas sur le " 0 % ", cela n'a aucun sens ni aucun intérêt.

Mangez dans des petites assiettes ou des petits bols. Plus le récipient est grand, plus on cherche à le remplir et donc forcément, plus on mange.

Concentrez-vous sur ce que vous mangez. Ne regardez pas la télévision ni votre écran d'ordinateur pendant votre repas, sinon vous risquez d'avaler des bouchées sans même vous en rendre compte.

 

Boissons brûle graisse

Buvez de l'eau minérale riche en calcium. En effet, ce dernier aide à limiter le stockage des graisses dans les adipocytes (les cellules graisseuses).

À table, buvez rien d'autre que de l'eau. Et pas non plus de l'eau aromatisée : juste de l'eau, point ! Au petit déjeuner, du thé. Ou, à la rigueur, si vous préférez, du café, mais nature lui aussi (sans sucre, ni sucrette, ni lait).

Vous pouvez vous accorder un verre de vin rouge par jour. Son fameux resvératrol (polyphénol) entrave la production de nouvelles cellules graisseuses (les adipocytes). Mais, un verre, pas plus !

Prenez du lait entier ou demi-écrémé, mais pas de l'écrémé. Le " gain calorique " avec l'écrémé et assez faible, il faudrait en avaler des litres chaque jour pour que cela soit significatif ! En outre, le lait entier est plus riche, mais pas seulement en gras : il est aussi nettement mieux pourvu en vitamine D, brûle graisses, et en divers composants qui aident à mieux digérer le lait et à ralentir les sucres.

 

Les assaisonnements

Privilégiez certaines " bonnes graisses " : huile d'olive, de noix ou de colza, saumon, maquereaux, noix et amandes, avocat... Les " mauvaises " graisses, elles, sont dotées d'une fâcheuse tendance à s'incruster et à devenir " inertes ", donc difficiles à brûler.

Pensez au paprika. Son goût timide le rend acceptable par toutes les papilles et il permet de gonfler les réserves de vitamine C, laquelle est indispensable pour que l'organisme brûle les graisses.

Épicez vos omelettes et autres préparations avec du chili : le piment " hot " stimule le métabolisme et le pousse à brûler davantage.

Lire la suite

Mal de gorge : remède de grand-mère pour les maux de gorge

7 Octobre 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Remèdes de grand-mère

Pour soulager le mal de gorge, je vous propose de découvrir quelques remèdes de grand-mère qui ont fait leurs preuves.

Mal de gorge : remède de grand-mère pour les maux de gorge

Le mal de gorge peut être dû à une angine (infection des amygdales), à une irritation liée au surmenage des cordes vocales ou à des facteurs extérieurs comme la poussière, la sécheresse de l'air et de la fumée.

Des antalgiques en vente libre, comme l'ibuprofène ou le paracétamol, peuvent soulager temporairement la douleur, mais les gargarismes et les infusions calment souvent plus rapidement l'irritation et la sensation de brûlure.

Votre gorge est irritée et vous éprouvez une sensation de brûlure à chaque fois que vous avalez. La gorge peut être rouge et parsemée de points blancs ou jaunes, auquel cas il s'agit d'une angine, qui peut être virale ou bactérienne. Lorsque l'infection est virale, la douleur s'installe généralement peu à peu et la température monte modérément.

En revanche, en cas d'angine streptococcique (due à une bactérie de la famille des streptocoques), le mal gorge est plus brutal, la fièvre est plus élevée et les ganglions du cou  peuvent être gonflés. Il peut aussi être dû à l'action irritante du tabac ou de l'air sec et chaud, à un écoulement rhino-pharyngé (lorsque le nez coule vers le dedans, durant le sommeil, par exemple) ou à une réaction allergique.

Maux de gorge, gargarisme

 

Pour une amélioration rapide et durable, rien ne vaut un bon vieux gargarisme à l'eau salée. Le sel a des propriétés légèrement antiseptiques et favorise l'expectoration. Dissolvez une demi-cuillerée à café de sel dans un verre d'eau chaude (le plus chaud que vous puissiez supporter), gargarisez-vous, puis recrachez. Répétez l'opération toutes les heures si cela vous fait du bien.

Pour calmer l'inflammation, vous pouvez aussi vous gargariser avec du bicarbonate de soude. Il suffit pour cela de dissoudre une demi-cuillerée à café de bicarbonate dans un verre d'eau.

Du miel pour les maux de gorge

 

Le miel est utilisé depuis très longtemps contre les maux de gorge. Ses propriété antibactériennes peuvent accélérer le processus de guérison. En outre, du fait de sa forte osmolarité, il capte l'eau hors des tissus enflammés, ce qui a pour effet de réduire le gonflement et l'inconfort. Faites fondre deux à trois cuillerées à café de miel dans une tasse d'eau chaude ou d'infusion.

Un jus de citron chaud au miel peut lui aussi soulager les douleurs. Pressez la moitié d'un citron, versez le jus dans un verre, remplissez d'eau chaude et ajoutez deux cuillerées à café de miel. Vous pouvez aussi y mettre une à deux cuillerées à soupe de cognac, de whisky ou de porto. Vous obtiendrez ainsi un grog apéritif et légèrement engourdissant.

Le jus de cassis chaud est également très recommandé contre les maux de gorge. Achetez un concentré de qualité supérieure dans un magasin de produits diététiques, diluez-le avec de l'eau chaude et buvez à petites gorgées.

 

Tisanes pour le mal de gorge

Le marrube blanc réduit le gonflement des tissus enflammés et fluidifie les sécrétions. Pour une tisane, jetez deux cuillerées à café d'herbe séchée dans une tasse d'eau bouillante, laissez infuser pendant 10 minutes, puis filtrez et buvez.

L'orme rouge contient un mucilage qui protège les muqueuses et soulage la douleur. Ajoutez une cuillerée à café de liber (écorce interne) dans l'équivalent de deux tasses d'eau bouillante, filtrez et buvez.

La racine de guimauve (Althaea officinalis) contient elle aussi une substance mucilagineuse qui se dépose sur les muqueuses. Pour préparer une tisane, mettez deux cuillerées à café de racine broyée et séchée dans une tasse d'eau bouillante, laissez infuser pendant 10 minutes, puis filtrez. Prenez trois à cinq tasses par jour.

 

Complément alimentaire pour les maux de gorge
Complément alimentaire pour les maux de gorge

Prenez 1000 mg de vitamine C par jour jusqu'à disparition de la douleur. Que vos maux de gorge soient dus à un simple refroidissement, à un virus grippal ou à une bactérie de type streptocoque, la vitamine C stimulera votre système immunitaire et vous aidera ainsi à lutter contre l'infection. En cas de diarrhées, diminuez les doses.

Prenez 200 mg d'échinacée quatre fois par jour sous forme de gélules. Du fait de ses propriétés antibactériennes et antivirales, cette plante accélère le processus de guérison. Achetez uniquement de l'échinacée standardisée (extrait contenant au moins 3,5 % d'échinacosides).

Pour combattre l'infection, vous pouvez aussi prendre 600 mg d'ail pulvérisé à raison de quatre gélules par jour. Pour ne pas risquer d'irriter l'estomac, préférez les gélules gastro résistantes et prenez-les en mangeant.

Prenez une pastille de zinc toutes les 4 ou 5 heures jusqu'à ce que vos maux de gorge aient disparu, sans toutefois excéder 5 jours. Selon une étude, la prise de zinc en cas de maux de gorge d'origine virale aurait pour effet d'accélérer la guérison.

 

Les gestes pour prévenir

En période de rhume ou de grippe, lavez vous les mains le plus souvent possible et évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche. Vous diminuerez ainsi le risque d'attraper des microbes.

Pour éviter que vos muqueuses ne se dessèchent durant la nuit à cause du chauffage, installez un humidificateur dans votre chambre à coucher.

À défaut d'humidificateur, vous pouvez équiper vos radiateurs de saturateur ou tout simplement poser une casserole d'eau dessus. Bien que peu esthétique, cette dernière méthode est aussi efficace que les appareils proposés dans le commerce.

Si vous fumez, arrêtez. La fumée irrite considérablement la muqueuse et la gorge

Essayez de respirer par le nez plutôt que par la bouche. L'air ainsi inspiré s'humidifie naturellement.

Si vous souffrez de maux de gorge chroniques, changez fréquemment de brosse à dents. Les bactéries de la bouche colonisent rapidement les soies et risquent de réinfecter votre cavité buccale si vous vous blessez la gencive lors du brossage.

En période de rhume et de grippe, stimulez votre système immunitaire avec des vitamines et des plantes médicinales adaptées. Les compléments qui viennent naturellement à l'esprit à cet égard sont les vitamines C et E, le zinc, le magnésium et des plantes immunostimulantes, comme l'hydratis (hydrate du Canada) ou l'astragale. N'hésitez pas non plus à consommer d'avantage d'ail, de gingembre, de shiitake et de reishi — autant de plantes et de champignons bien connus pour leur effet stimulant sur le système immunitaire.

 

Dois-je appeler le médecin ?

Les maux de gorge ne résistent généralement pas plus de 2 ou 3 jours aux remèdes courants. Voyez quand même votre médecin si le mal de gorge est très intense, si vous souffrez des oreilles, si votre fièvre est supérieure à 38 °C pendant plus de 48 heures, si les douleurs même légères persistent au-delà de 1 semaine.

Il faut également consulter si vous éprouvez une grande difficulté à avaler votre salive ou à ouvrir la bouche, si vous êtes enroué depuis plus de 3 semaines ou s'il y a du sang dans vos crachats.

Lire la suite

Le gingembre et ses bienfaits pour la santé

30 Septembre 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Remèdes de grand-mère, #Bienfaits des plantes

Le gingembre est renommé dans le monde entier pour sa capacité à soulager les nausées (notamment chez la femme enceinte), les vomissements et d'autres troubles digestifs. Au cours des dernières décennies, les utilisations potentielles du gingembre se sont étendues bien au-delà du système digestif.

Le gingembre et ses bienfaits pour la santé

Que vous ayez des troubles de l'estomac ou que vous soyez fiévreux et enrhumé, il peut peut vous aider. Vous pouvez l'ajouter à vos plats pour parfumer les aliments, en boire sous forme de tisane, manger du gingembre confit, croquer des biscuits au gingembre ou prendre des compléments.

De nombreuses plantes médicinales doivent être prises en grandes quantités pour avoir des effets bénéfiques sur la santé. Ce n'est pas le cas du gingembre : la quantité utilisée dans un curry ou un sauté est généralement équivalente, voire supérieure, à celle contenue dans les compléments.

Le gingembre est une racine noueuse qui se distingue par sa saveur piquante et âcre, et qui figure parmi les remèdes de grand-mère les plus largement utilisés et les mieux étudiés. Très proche du curcuma et de la cardamome, le gingembre est utilisé à des fins médicinales et culinaires depuis au moins 5000 ans.

Gingembre pour les nausées

 

Il figure parmi les remèdes de grand-mère les plus efficaces contre le mal des transports et les maux de ventre classiques. Certaines études ont même montré qu'il était tout aussi efficace que certains médicaments antinauséeux.

Les composés chimiques qui donnent au gingembre son goût citronné principalement le gingérol et le shogaol; semblent réduire les contractions intestinales, neutraliser les acides digestifs et inhiber le " centre du vomissement " dans le cerveau.

Les médecins recommandent souvent le gingembre pour prévenir la nausée car, à la différence des médicaments classiques, il ne provoque pas de somnolence. Cette plante est même utilisée pour réduire les nausées postopératoires et celles provoquées par la chimiothérapie. Il est nettement plus efficace pour prévenir la nausée que pour l'arrêter.

Si vous êtes sujet au mal des transports, par exemple, vous devez en prendre avant de monter en voiture ou d'embarquer sur un bateau : au moins 20 minutes avant le départ, prenez environ un quart de cuillerée à café de gingembre en poudre, 1 g de gingembre sous forme de gélules ou encore une tranche de 1 cm de gingembre frais.

Un rôle bénéfique pour tout l'organisme : il est très renommé pour combattre la nausée et les troubles de l'estomac, mais il possède de nombreux autres bienfaits.

Gingembre pour la migraine

 

Des chercheurs danois ont montré que la prise d'un quart de cuillerée à café de gingembre frais ou en poudre dés les premiers signes de migraine peut réduire la douleur en bloquant les prostaglandines, substances chimiques à l'origine de l'inflammation des vaisseaux sanguins cérébraux.

Contrairement à l'aspirine et aux médicaments apparentés, il bloque uniquement les types de prostaglandines en cause dans l'inflammation et non ceux qui ont un rôle bénéfique, dans le renforcement des parois de l'estomac par exemple.

Pour soulager les douleurs arthritiques

 

Ces mêmes prostaglandines, qui provoquent les douleurs migraineuses, sont également responsables d'inflammations articulaires chez les personnes souffrant d'arthrite. Une étude portant sur 56 sujets a montré qu'il atténuait les symptômes dans 55% des cas d'arthrite et dans 74% des cas de polyarthrite rhumatoïde.

L'application répétée de gingembre écrasé sur la peau peut apporter un soulagement supplémentaire en détruisant les réserves de substances P, un neurotransmetteur qui conduit les signaux douloureux jusqu'à la moelle épinière, puis au cerveau.

Pour prévenir la formation de caillots de sanguins

 

Dans ce cas, les médecins recommandent souvent de prendre de l'aspirine 1 jour sur 2 pour fluidifier le sang et limiter le risque de formation de caillots sanguins. Il a des effets similaires, en évitant toutefois les troubles de l'estomac souvent causés par l'aspirine (à moins, bien sûr, que votre estomac ne soit sensible au gingembre ou que vous n'en consommiez trop).

 

Pour dégager les voies respiratoires : il peut bloquer la production par l'organisme de substances qui contribuent à la constriction bronchique ainsi qu'à la fièvre. Les gingérols agissent également comme des antitussifs naturels.

Pour réduire le cholestérol : des études de laboratoire suggèrent qu'il réduit l'absorption du cholestérol par l'organisme et favorise également son élimination.

Pour calmer les douleurs menstruelles : les composés chimique du gingembre agissent comme des antispasmodiques. Ils inhibent les contractions douloureuses de l'utérus et des muscles lisses de l'appareil digestif.

Le gingembre sous plusieurs formes

Les substances actives conservent leur efficacité quelle que soit la forme sous laquelle il se présente. Certaines personnes préfèrent les gélules car elles sont faciles à prendre et fournissent une source concentrée et une dose précise de gingembre. La posologie habituelle est de 100 à 200 mg, trois fois par jour.

Une tranche de gingembre de 1 cm environ d'épaisseur. En le râpant, vous libérez davantage de substances actives qu'en la découpant ou en la hachant. Il est aussi important de l'acheter quand il est frais. Évitez les rhizomes mous et/ ou fripés.

Une cuillerée à café de gingembre en poudre.

Un ou deux morceaux de gingembre confit.

Une tasse de tisane au gingembre préparée à partir d'un sachet ou d'une demi-cuillerée à café de gingembre râpé plongée dans une tasse d'eau chaude.

Un verre de 350 ml de bière au gingembre. Vérifiez néanmoins l'étiquette pour vous assurer qu'elle contient du gingembre naturel et pas uniquement de l'arôme.

Lire la suite

Comment se déshabituer du sucre, réduire sa consommation

27 Septembre 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Conseils minceur

Il n'est pas question d'arrêter complètement de manger du sucre, puisque ce dernier est un carburant essentiel. Mais il faut comprendre que les fruits et légumes, les pommes de terre, les céréales et les légumes secs apportent déjà naturellement des glucides qui suffisent à couvrir nos besoins. Votre organisme n'a pas besoin des autres aliments au goût sucré.

 

Comment se déshabituer du sucre, réduire sa consommation

 

7 jours pour vous déshabituer du sucre

 

Réduire au maximum les sucreries. Gâteaux, bonbons, pâtes à tartiner, confitures, chocolat... Seule exception : vous pouvez vous accorder l'équivalent d'un petit peu de miel ou de deux carrés de chocolat noir par jour si vous en éprouvez le besoin. Tout le reste est en trop et doit rester un petit plaisir exceptionnel (une fois par semaine, pas plus, en dehors de cette semaine de détox).

Faire le tri dans les placards. Au début, éliminez tous les sucres et les faux sucres de vos placards. À bannir : le sucre blanc (en poudre, en morceaux...), les sirops (y compris le sirop d'agave), les confitures, crème de marrons, coulis de fruits, caramel... Pensez aussi à éliminer les édulcorants (chewing-gums sans sucres, soda light, sucrettes...), ce sont de faux amis qui n'aident pas à se déshabituer du goût du sucré et perturbent la glycémie. Gardez seulement un pot de miel si vous y tenez.

Une semaine sans sucres ajoutés. Si vous êtes un ou une grosse consommatrice, le pari peut paraître difficile. Faites le test sur une journée en ignorant tous les produits sucrés qui vous tentent : cela permet déjà de vous rendre compte à quel point le sucre a peut-être envahi votre quotidien. Essayez ensuite sur un week-end entier (choisissez-en un sans invitation chez des amis ou au restaurant). Voir que c'est faisable vous donnera envie de prolonger l'expérience, jusqu'à pouvoir tenir une semaine entière.

Il est important de ne pas se lancer dans cette détox du jour au lendemain, mais d'y réfléchir un peu avant, ne serait-ce que pour remplir votre chariot en conséquence au moment de faire vos courses (il faudra prendre le temps de scruter les étiquettes pour opter par exemple pour un coulis de tomates plutôt qu'une sauce qui contient plein de sucres ajoutés).

Adapter ses courses. Pour ne pas vous trompez, achetez un maximum de produits simples et nature : fruits et légumes, fruits secs, poisson et fruits de mer, viande, jambon à la coupe plutôt que sous vide, pâtes, riz complet, pommes de terre, lentilles et autres légumineuses, quinoa, pain complet à la place du pain de mie industriel, yaourts et fromages blancs nature, herbes aromatiques et épices, eaux minérales, etc. Privilégiez les céréales complètes et semi-complètes (pain, pâtes, riz...) qui élèvent moins la glycémie que les céréales raffinées.

Apprécier les saveurs sucrées naturelles. Plus vos papilles sont saturées par le goût du sucre, plus vous avez envie d'en consommer. Il faut donc stopper ce cercle vicieux. En écartant complètement le sucre ajouté de votre alimentation, vous allez pouvoir apprécier davantage les saveurs sucrées naturelles des aliments (comme une simple pomme) et déguster vraiment la pâtisserie que vous vous offrirez de temps en temps.

Au bout d'une semaine " d'efforts ", vous devriez ressentir moins de tentation (ou de frustration) face à un paquet de bonbons ou un pot de pâte à tartiner. Si ce n'est pas le cas, renouvelez à nouveau le programme sur 7 jours.

 

Le sucre en excès est mauvais pour la santé

 

L'omniprésence du sucre dans l'alimentation est accusée d'être l'une des causes de l'augmentation du diabète, de l'obésité, de l'hypertension... et même de la dépression ou de certains cancers. L'excès de sucre permanent pousse en effet le corps à fabriquer trop d'insuline, ce qui favorise le stockage des kilos, mais aussi le vieillissement ou l'inflammation. S'il fait partie des " polluants " qui encrassent notre organisme et favorisent l'apparition de certaines maladies, la bonne nouvelle, c'est qu'il est facile de s'en débarrasser !

Pas question d'une alimentation sans sucres, seulement " sans sucres ajoutés en excès ". Selon les recommandations de l'OMS, le sucre ajouté ne devrait en effet pas présenter plus de 5 % de nos apports caloriques, soit environ 25 g par jour. C'est l'équivalent de 6 c. à thé de sucre en poudre.

Vous êtes accro au sucre ? Un gâteau, quelques carrés de chocolat, c'est la touche qui permet de terminer un repas en beauté ou le petit encart qu'on s'accorde au cœur d'une journée chargée. Ce sucre " plaisir " ne pose pas de problème, à condition de rester exceptionnel. Là où ça coince, c'est que les aliments sucrés sont souvent ceux qui consolent en cas de petit coup de blues ou ce stress, au risque de devenir une habitude.

À ces sucres visibles viennent s'ajouter tous les sucres " cachés " dans les produits industriels (sodas, jus de fruits, laitages, pains et viennoiseries...), y compris les produits salés (plats préparés, sauces, vinaigrettes, pain de mie, etc.).  Sans compter aussi celui qu'on ajoute dans le café, le thé, le yaourt...

Résultat : on frôle aujourd'hui l'overdose.

Lire la suite

La fève et ses vertus pour la santé

12 Septembre 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Bienfaits des légumes

Profitez des vertus de la fève, une légumineuse rassasiante et peu calorique. Conviez-la dans vos plats, elle vous aidera à éviter les grignotages. La fève regorge de vitamines et minéraux, essentiels au bon fonctionnement de l'organisme.

 

La fève et ses vertus pour la santé

 

Vertus de la fève

 

La fève combat la constipation, apporte plus de 4 g de fibres aux 100 g. La majorité de ses fibres sont insolubles. Elles accélèrent le transit intestinal et luttent contre la constipation.

Elle rassasie vite. Les protéines et les glucides complexes contenus dans la fève font d'elle un légume qui apporte, lors d'un repas, un rapide sentiment de satiété. Elle fournit aussi un bon apport énergétique, notamment pour les sportifs.

La fève est conseillée aux femmes enceintes. Une assiette de fèves de 200 g apporte aux femmes près de 20 % des apports journaliers recommandés en folates. Ces derniers sont indispensables au bon développement du système nerveux du fœtus.

 

Intérêt nutritionnel de la fève

 

Une assiette de fève de 200 g apporte près de 15 % de nos besoins quotidiens, estimés entre 4 et 5 g. Le potassium est utile pour prévenir l'hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires.

Riche en vitamine C, une portion de 100 g permet de couvrir près de 20 % des apports journaliers recommandés pour cette vitamine antioxydante.

Source de phosphore, une assiette de fèves de 200 g couvre un quart de nos besoins en ce minéral, indispensable à la solidité des os et des dents. Source de protéines végétales, la fève en contient 5 g pour 100 g.

Lire la suite

Perdre du poids avec le régime hyperprotéiné

27 Août 2021 , Rédigé par Revue santé plante bien-être Publié dans #Conseils minceur

Le régime hyperprotéiné s'adresse aux femmes et aux hommes qui souhaitent perdre du poids rapidement, environ 2 à 3 kilos les cinq premiers jours !

 

Perdre du poids avec le régime hyperprotéiné

La méthode hyperprotéinée basée sur l'acétone : privé de sucres (lents et rapides), l'organisme puise dans ses graisses de réserves. Je vous laisse découvrir ses grands principes...

Elle se passe en trois étapes

1. Des protéines seulement pendant trois à sept jours. Les quantités sont libres. Attention, il faut boire jusqu'à deux litres d'eau par jour pour aider les reins à éliminer les corps cétoniques (les déchets issus de la combustion des graisses).

2. On ajoute des légumes, sans limite de quantité, aux protéines " pures ". Les étapes 1 et 2 sont modulables : deux jours de protéines pures et cinq jours de protéines + légumes, ou le contraire.

3. On stabilise pour ne pas reprendre de poids ! C'est le régime de l'étape 2, complété de féculents, de fruits et de laitages. Il faut bien mentionner que le régime hyperprotéiné n'a pas pour but la prise de masse mais de maintenir la masse musculaire existante pendant que la masse grasse est brûlée.

Combien de kilos perd t'on avec le régime hyperprotéiné

 

La durée de suivi du régime hyperprotéiné est conditionnée par le nombre de kilos à perdre. Pour une phase d'attaque de cinq jours, on peut considérer de façon indicative que la perte de poids est de 2 à 3 kilos. En ce qui concerne la phase de " croisière " elle est estimée à une semaine par kilos perdus. Enfin, la phase de consolidation est évaluée à 10 jours par kilos perdus.

Il faut compter en moyenne deux mois et demi pour perdre 10 kilos, puis 3 mois et demi de consolidation, soit six mois de régime.

Attention aux écarts :
particulièrement strict, ce régime n'autorise aucun écart pendant les deux premières étapes (régime de protéines pures et régime mixte), sous peine de tout faire capoter... et de repartir à zéro. Par contre, les écarts sont tolérés lors de la phase de stabilisation et de retour à la normale. Il suffit de les compenser par des séquences de régime de protéines pures...

 

Quoi manger pour un régime hyperprotéiné

 

À la première étape, les aliments riches en protéines sont les seuls autorisés : viandes maigres, volailles sans la peau, poissons, abats, œufs, fruits de mer, laitage à 0 % de matières grasses, lait écrémé...

Ou alors les sachets hyperprotéinés. Dans l'étape mixe, les légumes sont les bienvenus surtout ceux à faible teneur en glucides (courgettes, tomate, haricots verts, poireaux, choux, salades...). Les féculents (pommes de terre, pâtes, pois riz, lentilles, pain...) ne sont pas autorisés à ce stade, mais le sont lors de la consolidation avec les fruits et les laitages.

Comment ne pas reprendre les kilos perdus

 

Pour ne pas reprendre les kilos perdus lors du régime hyperprotéiné, la stabilisation est indispensable. Elle consiste à compléter le régime alimentaire de la phase mixte avec des aliments jusqu'alors interdits pour arriver à un régime alimentaire plus proche de la " normale ".

Avantage : il suffit ensuite de réintroduire des étapes de protéines pures dans son alimentation de façon ponctuelle ou régulière pour compenser d'éventuelles prises de poids ou des excès alimentaires.

Le régime hyperprotéiné est-il pour vous ?
Si vous aimez manger en quantité, si vous voulez manger quand vous voulez, si vous êtes pressé(e) de perdre vos premier kilos, si vous êtes motivé(e) et patient(e).

Attention : oubliez ce régime si vous avez des problèmes rénaux, du diabète, si vous êtes de nature constipée ou si vous n'êtes pas carnivore.

Lire la suite
1 2 3 > >>